Skip links

Investissement : quelles charges locatives déduire de vos impôts ?

Lors de la mise en location de tout bien immobilier, l’on est toujours assujetti à de nombreuses charges locatives. Par conséquent, il est fréquent chez les investisseurs de rechercher le meilleur moyen de minimiser le montant des charges lors de la déclaration d’impôts.

Si vous n’y connaissez rien dans le domaine de la fiscalité liée aux investissements immobiliers, nous vous proposons ici quelques conseils sur les charges locatives qu’il est possible de déduire de vos impôts.

Charges locatives : deux régimes d’imposition différents pour la location non meublée

Tout d’abord, il est important de savoir quelles sont les options pour déclarer ses revenus liés à la location d’un logement non meublé. Il en existe deux : le régime micro-foncier et le régime réel.

  • Le régime micro-foncier :
    Dans le cas où les revenus perçus grâce à la location ne dépassent pas les 15.000 euros, il est possible d’opter pour le régime micro-foncier où la déclaration est simplifiée. Une case BE « Micro-foncier » est dédiée à ce régime dans la déclaration de revenus. Après l’avoir remplie, le total des charges locatives fait l’objet d’un abattement forfaitaire de 30%.

Néanmoins, aucune déduction particulière sur une charge précise n’est possible avec ce régime, ce qui peut parfois être un peu contraignant.

  • Le régime réel :
    Dans le cas où les revenus locatifs dépassent les 15.000 euros ou que les 30 % annoncés dans le cadre du régime micro-foncier sont dépassés, le mieux est d’opter pour le régime réel. Ceci présente en effet l’avantage de déduire plus des charges dans certains cas.

Un contrat de location bien clair est impératif dans ce cas. La déclaration se fait avec le formulaire 2044 dans lequel il faudra préciser et justifier le montant exact de toutes les dépenses telles qu’elles sont décrites dans les factures.

Il faut toutefois savoir que si l’on choisit le régime réel au lieu du régime micro-foncier (pour les revenus inférieurs à 15000 euros), il faudra attendre trois ans avant de pouvoir changer de régime d’imposition.

Les charges que l’on peut déduire pour le régime réel d’imposition

Il est possible de déduire annuellement les charges suivantes de l’ensemble des impôts :

  • Les charges de copropriété
  • Les dépenses liées aux travaux d’entretien et de rénovation à part l’amélioration du logement
  • Les frais d’administration
  • Les frais de gérance
  • Les primes d’assurance
  • Les intérêts du prêt immobilier pour l’acquisition du bien
  • Les intérêts du crédit réalisé pour des réparations
  • Les taxes liées directement au logement loué

Charges locatives : quelle déclaration pour une location meublée ?

La déclaration d’une location meublée est un peu différente de celle d’une location non meublée. Tout d’abord, il est toujours possible de choisir le régime réel d’imposition pour la déclaration. Si la location d’un logement meublé se fait sur un rythme annuel ou saisonnier, les revenus locatifs doivent être déclarés dans la section des Bénéfices Industriels et Commerciaux ou BIC. Dans le seul cas où les loyers sont inférieurs à 32.900 euros, l’investisseur bénéficie d’un abattement forfaitaire automatique de 50 % sur la totalité de ses charges.


Ainsi, dans cet article nous avons vu comment réduire vos charges locatives considérablement.

Qu'avez vous pensé de cet article ?

Cliquez sur les étoiles pour noter

Note moyenne : / 5. Nombre de votes :

Laisser un commentaire

Nom*

Site

Commentaire