Skip links

Comprendre les SICAV et les OPCVM

Si vous avez déjà pensé à investir en bourse, vous avez probablement déjà entendu les termes de SICAV et d’OPCVM. Généralement ce sont nos conseillers financiers qui nous proposent ces investissements, sans que nous sachions comment ils fonctionnent.

La vérité sur la performance des SICAV et des OPCVM

Lorsque nous croisons ces termes de SICAV et d’OPCVM, c’est souvent dans des magazines spécialisés en finance ou en investissement là où les revues publient des classements montrant de résultats très élevés et très prometteurs.

Pour être un peu plus précis, les SICAV (société d’investissement à capital variable) sont des portefeuilles de valeurs immobilières qui sont détenus collectivement. Ils sont alors gérés par un établissement spécialisé dans ce domaine. Tandis que les OPCVM sont des organismes de placements collectifs en valeurs mobilières. Ce sont aussi des portefeuilles avec lesquels on investit des fonds en valeurs immobilières ou bien dans d’autres instruments financiers.

Les SICAV et les OPCVM permettent aux personnes souhaitant investir d’y dédier une part de leur capital. Effectivement, elles investissent pour des rendements à court terme, allant de quelques jours à quelques mois, avec de faibles valeurs de départ. En 2016, les SICAV et les OPCVM ont connu une forte croissance qui a atteint les 387 milliards d’euros. Généralement, ce sont des investissements comportant peu de risques. 

Il est important de savoir que parfois, ces classements sont déjà pipés, car ils comportent des informations erronées. En effet, ils comportent de fausses informations, parce que ceux qui sont chargés de les créer reçoivent bien souvent des commissions afin de mettre en avant certaines SICAV ou bien certains OPCVM pour faire fructifier leurs propres revenus.

Les fonds actifs et passifs

Les SICAV entrent dans la catégorie « actif », ce qui veut dire, qu’ils sont gérés par une personne dont le métier est de justifier les frais qu’il facture, car sinon il ne sert pas à grand-chose.

Tandis que les fonds passifs sont ceux se rapportant aux ETF ou bien aux trackers, qui eux sont gérés par des machines informatiques. Les ETF sont l’acronyme de « Exchange Traded Funds ». En France ils sont soumis aux règles du marché Euro Next, au contrôle de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et aux directives européennes (UCITS).

Alors, il est très simple de déléguer ce travail, car en fait vous pourriez le faire vous-même, mais il faut bien comprendre que votre conseiller n’est qu’un salarié et qu’il peut changer de poste à tout moment.

Les performances sont faibles pour des frais élevés

Les SICAV et OPCVM peuvent comporter un piège: les frais. Ce sont seulement des pourcentages très faibles, mais qui additionnés nous ramènent à des sommes astronomiques.

Si par exemple votre placement a une performance de 4 %, les frais étant de 1,5 %, il vous reste seulement 2,5 %. Il faut aussi être attentif aux performances négatives, car oui, cela peut arriver. Imaginez que vous avez une performance de -5 % et que vous ayez 1,5 % de frais. Vous serez à -6,5 %.

blocs nots et calculs

Faut-il préférer des fonds actifs ou passifs?

De nombreuses études ont montré le même résultat: il y a une corrélation forte entre le niveau des frais facturés et la performance. Ainsi, il vaut mieux éviter les investissements où les frais sont élevés.

Il faut prendre en compte que 96 % des fonds actifs ont de moins bons résultats que ceux qui sont passifs. Généralement, plus les frais sont élevés, moins la performance est bonne, et cela, même sur le long terme.

Aux Etats-Unis par exemple, 50 % des fonds actifs créés en 2004 ont disparu.


Ainsi, on peut en conclure que les SICAV et OPCVM peuvent sembler très attractifs grâce à leur accessibilité et leurs faibles risques. Cependant, si vous investissez dans des fonds comme ceux-là, il faut bien prendre en compte que le rendement pourrait se révéler plus élevés dans les ETF. De plus, les frais des SICAV et OPCVM sont assez élevés, ce qui pourrait facilement vous rebuter lors de la constitution de votre portefeuille. Aussi, si vous souhaitez investir dans un autre domaine que les SICAV et OPCVM vous pouvez consulter notre article sur l’investissement locatif et si vous souhaitez faire baissez vos charges locatives, n’hésitez pas à jeter un œil à notre article.

Qu'avez vous pensé de cet article ?

Cliquez sur les étoiles pour noter

Note moyenne : / 5. Nombre de votes :

Laisser un commentaire

Nom*

Site

Commentaire