Skip links

Bic non professionnel : réussir son calcul

Le régime fiscal bic non professionnel ou bien micro-bic vous permet de louer votre bien immobilier tout en profitant d’un cadre fiscal souple et avantageux. Cependant, il est parfois compliqué de déterminer ce que vous devez payer. Ici, on vous explique comment réussir son calcul.

Il existe plusieurs régimes fiscaux pour les locations meublées en France. En effet, il y a le régime micro-bic et le régime réel. Lorsque vous louez un logement meublé, il est considéré juridiquement tout comme une activité commerciale.

Il est très important de bien se renseigner sur la fiscalité afin de bien réussir son calcul. En effet, les loyers engendrent des prélèvements et des impôts. Cela constitue souvent des charges supplémentaires non négligeables.

Le régime bic non professionnel : explications

Le régime bic non professionnel (micro-bic) est le régime fiscal le plus simple. Effectivement, il fonctionne de la même façon que le régime de la micro-entreprise. Il s’applique si les recettes sont inférieures à un certain seuil.

Le plafond de chiffre d’affaires annuel hors taxe en 2018 est fixé à 70 000 euros. Un abattement forfaitaire de 50 % est ensuite appliqué sur vos revenus locatifs.

En ce qui concerne les locations saisonnières (hôtels, gîtes ruraux, etc.) le plafond s’élève à 170 000 euros de chiffres d’affaires hors taxe pour l’année 2018. L’abattement est aussi remonté et est passé à 71 % des recettes, la location est donc imposable plus qu’à 29 %.

Par exemple, si le propriétaire loue un bien meublé et qu’il perçoit 10 000 euros de loyers en 2018, il devra opter pour le régime du micro-bic, car il est bien en dessous du seuil fixé à 70 000 euros. Ainsi, lorsque les impôts vont faire l’abattement de 50 %, le propriétaire sera imposé sur la base de 5 000 euros.

Le calcul de l’impôt avec le régime bic non professionnel

Les loyers en France subissent deux fiscalités différentes, c’est-à-dire, que le propriétaire va devoir verser deux impôts différents. Ce sont l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux. Ils sont tous les deux calculés selon les loyers imposables. Les prélèvements sociaux s’élèvent à 17,2 % pour l’année 2018, tandis que l’impôt sur le revenu dépend de votre tranche marginale d’imposition. Il peut donc être de 0 %, 14 %, 30 %, 41 % ou bien 45 %. 

Si l’on continue à se baser sur les calculs précédents, après abattement, les loyers imposés sont de 5 000 euros. On peut ici supposer que la tranche d’imposition est de 14 %, car c’est la plus courante en France. Ainsi, avec les prélèvements sociaux, le propriétaire devra verser 860 euros, car 5 000 * 17,2 % = 860. Aussi, il devra payer l’impôt sur le revenu qui s’élèvera à 700 euros, car 5 000 * 14 % = 700. En somme, le propriétaire devra verser 1 560 euros au total.


Ainsi, c’est plutôt simple de réussir son calcul pour le bic non professionnel. Il faut juste effectuer vos calculs correctement avec la bonne tranche d’imposition.

Qu'avez vous pensé de cet article ?

Cliquez sur les étoiles pour noter

Note moyenne : / 5. Nombre de votes :

Laisser un commentaire

Nom*

Site

Commentaire